Antonin Varenne est un aventurier mais également un auteur chevronné. Entre deux voyages, il écrit des romans. Rencontre.

Quelles sont vos sources d’inspiration en tant qu’auteur?

Je ne veux pas que mes romans deviennent autobiographiques. Ma vie privée reste privée, et mes voyages en font partie. Ils n’ont pas de rapport avec ce que j’écris. Même s’il m’arrive parfois de placer quelques références à des lieux, et je tire quelques détails de mes voyages! L’actualité ne m’inspire pas, je ne regarde pas la télé et n’écoute pas la radio. Ce sont les émotions humaines qui m’intéressent. Par exemple, mon dernier livre parle d’une journaliste américaine au XIXème siècle qui part sur les traces de ses ancêtres et explore Paris sous un autre jour.

Pourquoi avoir choisi « Livres dans la boucle » ?

Je n’avais jamais eu l’occasion de visiter Besançon avant. Pour le festival, j’ai suivi les conseils de mon éditeur, Albin Michel. Apparemment c’est un salon à faire une fois dans sa vie quand on est auteur !

À part les voyages, quels sont vos loisirs ?

Je fais énormément de moto, c’est comme mon cheval. Elle m’emmène partout et me permet de transporter mes affaires, de m’évader, de voyager à travers le monde…

Quels sont vos projets ?

Je suis déjà en train de travailler sur mon prochain livre, mais le sujet est confidentiel ! Le seul indice que je peux donner est qu’il se déroulera au XXIème siècle. Après trois livres axés sur le XIXème, j’ai envie de changer un peu !

Antonin Varenne, auteur de la toile du monde, dédicace à "Livres dans la Boucle"

 

Samedi. 18h15. Place de la Révolution. Une salle clairsemée mais attentive. Antonin Varenne, interviewé par un journaliste de Télérama, parle de liberté et d’aventure dans son dernier livre, La Toile du monde (édition Albin Michel), pour un des derniers cafés littéraires de la journée.

 

« Liberté » Place de la Révolution

Le roman brosse le portrait de Aileen Bowman, journaliste américaine de trente-cinq ans. Le personnage est issu de son précédent roman, 3000 chevaux vapeurs, où elle n’était qu’enfant. On la retrouve donc 35 ans plus tard au cœur de cette nouvelle intrigue.

Après la mort de ses parents, elle se rend en France pour l’exposition universelle. Aileen se lance alors sur les traces de ses ancêtres dans Paris, entre le cœur, le Métropolitain et le quartier des peintres. À travers ce personnage, il parle d’une époque sans en faire un roman historique. Il compare d’ailleurs l’écriture d’un roman à la peinture d’une toile : partir d’un document vierge que l’on remplit de mots comme un peintre et ses pigments.

Ce livre a pour thème récurrent la liberté. D’après l’auteur, « la liberté ne s’offre qu’aux êtres libres; aux hommes libres, rien n’arrive comme aux autres ». Pour ses prochains ouvrages, fini le XIXème siècle. Antonin Varenne souhaite écrire sur notre époque. Il a confié avoir fait le tour de cette époque avec ses trois derniers romans Équateur, 3000 chevaux vapeurs et La Toile du Monde. L’écrivain a terminé cette rencontre en faisant part à ses lecteurs du fait que lui-même, jusqu’au dernier moment, a été cerné d’incertitudes pour la fin de son roman.

 

50 nuances d’auteurs

Pour lire et relire d’autres articles sur les auteurs présents lors de ce week-end, vous pouvez consulter la rubrique LP Com’Publique du site.

Retrouvez également toutes les informations sur le festival « Livres dans la Boucle » sur le site officiel.