14h30, dimanche 15 septembre. Les passants affluent vers le chapiteau en ce dernier week-end estival. « Livres dans la boucle » est devenu une véritable vitrine pour l’édition régionale. Devant les stands, les aficionados s’agglutinent avec véhémence pour rencontrer leurs auteurs favoris et acquérir leurs nouvelles créations. Parmi ces stands, « A la Page », enseigne régionale et universitaire, se dresse rapidement devant l’entrée.

 

Hamid Kaighobadi, vénérable libraire depuis 31 ans, réunit toute l’édition régionale et indépendante sur un même emplacement. Très vite, vous comprendrez que ce salon est un événement essentiel pour lui : « ces journées marquent de plus en plus la vie franc-comtoise. C’est un moyen de rencontrer les gens et de construire l’avenir avec d’autres écrivains», expliquetil. L’édition régionale vit dans un contexte particulièrement complexe. C’est un secteur qui doit faire face à la concurrence.

 

Privilégier une ligne éditoriale propre à l’échelle locale est un des objectifs que poursuit Florence Loppinet, venue présenter son tout premier roman édité aux éditions de la Boucle : « À la Septième vague ». Cette dernière, très affable, parle du milieu de l’édition comme étant «très connoté parisien et difficilement accessible». A contrario, les petits éditeurs fonctionnent « au coup de cœur » grâce à des exigences commerciales moins conséquentes. Ils peuvent donc prendre certains risques et on y trouve des parcours atypiques, parfois autodidactes, comme celui de Daniel K. Leroux, éditeur, libraire et auteur. Afin de maîtriser la création d’un ouvrage, il faut selon lui réduire la chaîne du livre [le parcours entre un auteur et une librairie]. Un positionnement surprenant devant la difficulté de trouver le bon moyen de diffuser, le maillon essentiel de la production.

L’édition régionale et universitaire souffre enfin de la commercialisation de masse et la solution est dans la discussion. Hamid Kaighobadi voudrait plus d’universitaires prescripteurs «Aujourd’hui, nous avons des professeurs qui incitent les étudiants à se rendre sur Amazon pour ne pas attendre». Une réflexion est ainsi à mener avec les étudiants pour valoriser le monde de l’édition à l’échelle régionale.