Enfant, beaucoup ont rêvé d’en devenir un ou se sont questionné sur ce métier. Voyage, rencontre, liberté, aventure, découverte… Tous ces aspects donnaient envie c’est certain, mais qu’en est-il de la réalité professionnelle d’un Journaliste Reporter d’Images ?

Il s’agit en règle générale d’un journaliste de terrain aux multiples facettes, il réalise des reportages pour la télévision et des agences quelles qu’elles soient. Spécialisé dans la prise de vue d’actualité, il peut travailler seul ou accompagné, cela varie en fonction de ses envies, ses compétences mais aussi de son sujet. Des contraintes financières et matérielles sont elles aussi à prendre en compte. Le métier de Journaliste Reporter d’Images (ou JRI) peut s’avérer complexe puisqu’il nécessite de nombreux savoirs-faire ainsi que certaines qualités. Et oui, il n’est pas aussi facile que ce que l’on pourrait croire ! Bien qu’enfant nous disposons d’une imagination débordante, nous sommes loin de savoir de quoi il s’agit en réalité.

 

Crédit Pixabay

Une succession d’étapes complémentaires

Avant que le Journaliste Reporter d’Images ne se rende sur le terrain, il se doit de réaliser une démarche incontournable. Celle-ci reste la même qu’il ait choisit son sujet ou non. Le JRI doit inévitablement se renseigner sur le thème qu’il va aborder. Il va effectuer des recherches, mener certaines investigations et enquêtes afin d’en apprendre davantage. Si des interviews sont nécessaires, il est préférable qu’il établisse des premiers contacts avec les personnes à interroger. Ces préparatifs permettent au JRI de s’approprier le sujet et ainsi d’obtenir un reportage plus pertinent.

Une fois sur le terrain, c’est là que tout se joue. Il peut être accompagné d’une ou plusieurs personnes, comme il peut être seul pour tout gérer. C’est parti, une fois sur place le Journaliste Reporter d’Images réalise son reportage. Il recueille des images, du son, des informations, des témoignages et interviews selon ce qu’il a prévu auparavant.

À l’issue de sa présence sur les lieux, le JRI va sélectionner les éléments qui lui semblent être les plus appropriés, il va les monter ainsi que les commenter. Ce sont donc toutes ces étapes : avant, pendant et après, qui vont constituer le reportage.

Un profil en adéquation avec ses missions

Pour parvenir à un résultat satisfaisant, le Journaliste Reporter d’Images doit avoir certaines qualités et compétences. Bien qu’il puisse être soutenu par un rédacteur, un monteur ou encore un ingénieur son, il se doit de tout savoir faire lui-même. Une maîtrise technique de l’audiovisuel, du rédactionnel et du relationnel est donc primordiale. Savoir utiliser une caméra, un appareil photo, un micro ou encore un logiciel de montage est non négligeable.

Un JRI compétent se veut polyvalent et capable de s’adapter face à toute sorte de situation. Il est nécessaire qu’il ait une certaine culture générale, qu’il soit curieux et qu’il fasse preuve de diplomatie. Souplesse, rapidité, dynamisme, réactivité, force et courage sont également les maîtres mots pour réussir ce métier. De bonnes conditions physiques sont préférables puisqu’il peut se retrouver dans des situations intenses (comme par exemple être emmené à porter lui même tout le matériel dans un environnement pas toujours évident). Idéalement, le JRI a un niveau correct en langue étrangère et se tient régulièrement informé de l’actualité. On l’appelle parfois le spécialiste de l’info et professionnel de l’image.

D'après Kévin, JRI à la Machinerie productions : 
"Il faut savoir être concis et savoir hiérarchiser pour faire passer le maximum d'informations en utilisant le moins de mots possible. Le JRI doit être quelqu'un de créatif et ne doit pas avoir peur de partir de rien. Il faut savoir être débrouillard, en regardant des tutoriels de logiciels de montage par exemple. Le sens du relationnel est important également : il ne faut pas hésiter à demander aux cadreurs de nous apprendre à cadrer ou encore aux monteurs de nous apprendre à monter."

Des reportages divers et variés

Un reportage proche de son lieu de travail ou un sujet à couvrir à l’autre bout du monde? Paré à toute éventualité, le JRI peut rapidement se voir affecté à une mission à des milliers de kilomètres. Ces voyages dépendent tout simplement des aléas de l’actualité. Il peut ainsi être chargé d’informer sur des événements divers tels culturels, sociaux, sportifs, environnementaux, politiques…

Une profession ouverte

Le métier de Journaliste Reporter d’Images ne requiert aucune formation spécifique. Il n’existe aucun cursus obligatoire en tant que tel. Cependant, certaines écoles reconnues sont plus appréciées que d’autres. On en distingue 14 réparties aux quatre coins de la France. Il est possible de les intégrer post-bac ou plus tard. Aucun niveau particulier n’est recommandé, il est possible d’être JRI avec un BAC +2, 3, 4 ou un Master !

La majeure partie des Journalistes Reporter d’Images travaille pour la télévision. On dénombre seulement 3% de JRI qui effectuent des reportages pour des agences ou sociétés de production. Cela peut-être par exemple pour des documentaires ou des magazines… mais la télévision surpasse de loin le nombre de reportages commandités. Il se voit attaché à une rédaction, peu importe le cadre dans lequel il travaille.

La sélection n’est pas toujours évidente en ce qui concerne les embauches… Il faut se frayer un chemin, faire ses preuves et donc créer sa place dans ce domaine petit à petit. De plus, il faut savoir qu’un JRI ne compte pas ses heures.

La rémunération peut se faire sous différentes formes : à la pige, au forfait, mensuellement… Cela signifie que le JRI peut être payé pour chacun de ses reportages, pour plusieurs d’entre eux, ou tout simplement pour un mois de travail. Le salaire mensuel pour un débutant varie entre 1 500€ et 2 500€ brut.

Kévin est un exemple parfait du parcours atypique :
"J'aimais beaucoup l'économie quand j'étais au lycée ! Je me suis donc dirigé vers une fac d'économie mais au bout d'un semestre, j'ai été découragé par les maths. J'ai alors obtenu une passerelle vers la Sorbonne Nouvelle Paris 3 pour une licence d'information et de communication que j'ai décroché avec la mention bien. L'université proposait un master en journalisme culturel sur dossier. Je suis allé jusqu'au M1 mais suite à une grève, j'ai abandonné mon M2. J'ai fait un stage ensuite chez Radio Campus Paris et un autre de six mois chez Direct 8. Ce dernier stage m’a permis de décrocher un CDD d’un an. J’ai été recommandé à TF1 et dans différentes sociétés de production."

Pour aller à l’essentiel, voici une infographie du métier de Journaliste Reporter d’Images :

Journaliste Reporter d'Images (JRI)

N’hésitez pas à cliquer pour en voir davantage !

SKETCHNOTE

D’autres métiers comportent certains liens avec celui de JRI :

Journaliste de mode

Attaché de presse

Concepteur Rédacteur

Sources :

https://www.jobirl.com/blog/journaliste-reporter-d-images/

https://www.cpnef-av.fr/metiers/journalisme-audiovisuel/journaliste-reporter-images

https://www.studyrama.com/formations/fiches-metiers/journalisme/journaliste-reporter-d-images-1105

https://www.onisep.fr/Ressources/Univers-Metier/Metiers/journaliste-reporter