Contexte sociétal

On répertorie en France de moins en moins de journalistes depuis les dix dernières années. On comptait en 2016 35 928 journalistes et à titre indicatif on peut noter qu’aujourd’hui Radio France regroupe 750 journalistes. Ça ne représente donc qu’une part minoritaire du journalisme en France. Ils sont dispersés  dans les cinq rédactions du groupe : France Inter, France Info, France Culture, France Bleu et Mouv.

La culture des médias sociaux et des nouvelles relayées en continu permettent une nouvelle réalité où l’information circule à une vitesse excessive. Cela pose problème à certains médias, dominés par l’influence d’autres. Le journalisme, « utile » selon 92% des français est il menacé par cette « révolution médiatique » ?

Différents types de journalistes, différents enjeux 

Pour commencer, on retrouve les journalistes de la presse écrite, qui doivent utiliser les outils nouveaux modernes de recherche et de communication. Leur but est d’offrir aux lecteurs une profondeur maximale de l’information. Il faut assoupir leur soif d’information et leur proposer ce qu’ils ne trouvent ni à télévision, ni à la radio, ni sur internet.

Passons maintenant aux journalistes de la télévision. Ils sont parfois considérés comme inaptes à susciter le débat par le traitement de sujets dont « tout le monde parle »… Leur objectif principal est de proposer le meilleur de l’information et se différencier des autres chaînes télévisées.

Enfin, comme ses confrères, un journaliste radio doit savoir maîtriser parfaitement les rudiments du métier…

Quelle est l’activité précise d’un journaliste radio ?

Un journaliste radio réalise au quotidien des reportages, interviews ou autres émissions sur l’antenne pour informer son auditoire. 

Il se doit d’accomplir différentes tâches pour dénicher le meilleur de l’information et pouvoir la diffuser au mieux. Ainsi, il se charge des contacts téléphoniques ou/et mail pour des prises de rendez-vous,  de la veille informatique (sur les réseaux sociaux et la presse), réalise des interviews en studio ou à l‘extérieur, assister à des conférences de presse, faire des reportages, monter les sons des émissions, présenter à l’antenne, rédiger le lancement et conducteurs, contribuer au site internet de la radio et relayer les informations sur ses réseaux sociaux.

Quelles sont les qualités requises pour exercer ce métier ?

Pour avoir une chance de réussir dans le secteur de la radio, un journaliste se doit …

  • d’avoir de la culture générale : maîtriser cet ensemble de connaissances qui ont de l’importance dans une société lui permettra de communiquer avec le plus grand nombre de personnes qu’il rencontrera au cours de sa carrière. Porter de l’intérêt à ce qui se passe sur différent niveaux ; politique, régional ou encore économique n’est pas négociable. Ces notions s’acquièrent généralement dès le plus jeune âge et peuvent être approfondies grâce à de la curiosité personnelle et de l’expérience.
  • d’être de nature assez curieuse : il est essentiel pour tout journaliste d’être désireux  et d’avoir envie de voir et d’apprendre de nouvelles choses.
  • d’avoir de l’empathie pour ce qui l’entoure
  • d’être impérativement ponctuel : être à l’heure et réaliser ses tâches dans le temps imparti est primordial,  notamment pour les émissions et les directs à l’antenne. 
  • de s’avoir s’exprimer tant à l’oral qu’à l’écrit :  ce n’est pas une option ici,  un journaliste doit être en mesure de rédiger ses brèves et interviews mais également de communiquer de manière fluide avec les personnes qu’il rencontre tout au long de sa carrière. 
  • d’être polyvalent au maximum :  il est nécessaire d’avoir du répondant pour pouvoir enchaîner sur différents domaines, notamment lors de directs à l’antenne.

Quelles études poursuivre pour accéder à ce poste ? 

Après l’obtention d’un bac général de préférence, plusieurs portes peuvent s’ouvrir et différents diplômes peuvent s’obtenir. Environ 14 écoles de journalisme proposent des formations reconnues. Il est aussi envisageable de suivre des cursus universitaires et des formations privées qui donnent accès à des diplômes de type bac+3 ou bac+2.
Zoom sur les écoles, qui intéressent en général les bacheliers. Publiques ou privées, elles sont accessibles soit immédiatement après le bac ou en bac+2 ou 3, sur dossier ou sur concours. Les candidats sont assez nombreux, il est donc important de se démarquer.

Ainsi on distingue des écoles reconnues par la profession, telles que :
– 5 écoles privées : CFJ (Paris), FJT (Toulouse), ESJ (Lille), JPJ (Paris-Dauphine), Sciences Po Paris
– 7 écoles publiques et rattachées à l’université, qui délivrent donc des masters : Celsa, CUEJ, EJCAM, EJDG, EPJT, JFP, IJBA
– 2 IUT qui proposent des DUT information-communication option journalisme : Lannion & Cannes
– 1 IUT qui délivre une licence professionnelle de journalisme : Tours

Ces écoles reconnues permettent d’avoir accès à un carnet d’adresses et de contacts intéressants. C’est aussi l’opportunité d’obtenir un stage dans des entreprises très prisées. L’autre avantage est la possibilité d’utiliser du matériel d’une excellente qualité, comme des micros, caméras…

Puis on retrouve les écoles non reconnues par la profession :
– ISPA, EJD, IEJ, ESJ Paris, HEJ,
– de nombreux IEP à travers toute la France : Aix en Provence, Lyon, Bordeaux, Rennes, Toulouse…

Quel est le salaire d’un journaliste radio ?

Par mois, un journaliste spécialisé dans la radio touche entre 1700€ et 2500€ brut. Ces chiffres peuvent varier en fonction de la radio où il exerce sa profession mais il varie aussi, comme toutes les autres professions, selon le sexe.

Quelle futur pour le  journalisme en France ? 

De nouvelles formes de journalisme se créent chaque jour : le data journalisme, le cross média ou encore le journalisme citoyen. Des évolutions marquent le monde du journalisme au quotidien. On peut citer les réseaux sociaux ou les blogs qui gagnent de plus en plus de notoriété. Ils tiennent une place importante dans l’apport de flux d’informations. Le journaliste de demain ne devra pas seulement proposer du contenule faire vivre en interagissant notamment avec sa communauté. Le journalisme poursuivra également sa féminisation : on note une progression de près d’un tiers de femmes en plus en quinze années. En 2014, la répartition de journalistes au niveau du sexe était presque paritaire : on comptait approximativement 54% d’hommes et 46% de femmes.

Malgré ces légères évolutions, les bases du journalisme ne doivent pas être laissées pour acquises. Les journalistes de demain devront impérativement proposer des informations de qualités et toujours de manière aussi instantanée. Leur mission est aussi d’entretenir leur relations avec leur communauté.

 

Sketchnote 

 

Vous pouvez aussi consulter …

Journaliste, la plume en pleine évolution

Sources 

https://theconversation.com/les-journalistes-en-france-en-2018-moins-nombreux-plus-de-femmes-et-plus-precaires-93167

http://www.journalisme.sciences-po.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=760&lang=french&Itemid=1

https://www.cidj.com/metiers/journaliste-tele-ou-radio