Daniel Picouly

Daniel Picouly à la remise des prix de la dictée.

Daniel Picouly à laissé de coté son stylo d’écrivain pour adopté ce samedi 15 septembre 2018 au festival Livres dans la Boucle  à Besançon le rôle de professeur des écoles.

Le festival Livres dans la Boucle propose depuis plusieurs années un exercice qui permet de voir nos acquis de français : la dictée de Daniel Picouly !

Il est 10h à la Maison des Sciences de l’Homme et de l’environnement (MSHE), heure de la dictée de Daniel Picouly. Grande rentrée des classes pour les 146 participants.

Parmi eux, trois étudiantes en communication, Mélissa, Savannah et Laety qui veulent se confronter à leur orthographe. Plutôt stressées par le côté scolaire de l’exercice, plusieurs élèves sont installées à leur bureau allant de 18 ans pour les plus jeunes à 78 ans pour la plus âgés. Des élèves sérieux comme des papes. Face à ce public concentré, Daniel Picouly écrivain,  animateur de télévision, scénariste de bande dessinée et ancien professeur, partage sa bonne humeur et son humour malgré un texte très compliqué.

Daniel Picouly a lui-même « customisé » un texte de Victor Hugo, qui devient pour l’occasion : « L’homme qui rit de sa dysorthographie congénitale ».
Une salle, deux ambiances. D’un côté, des élèves très studieux l’histoire d’un jour qui essaient de faire le moins de fautes possibles, de l’autre, un professeur qui les encourage à en faire un maximum. Oui, d’après Daniel Picouly, ancien professeur en communication, « plus il y a de fautes, mieux c’est ».

Ah veau sttilos !

Entre les « Attendez ça va trop vite ! », l’accent parfois trompeur de l’instituteur et ceux ayant trois phrases de retard sur la dictée, la difficulté du texte en a torturé plus d’un. Les « sornettes, billevesées, coquecigrue, fadaises, fariboles et autres calembredaines »,  les « tabarins fripons du Pont-neuf, de l’orviétan, antidote non avéré, panacée controuvée d’apothicaires charlatans à base de thériaque vieillie, millepertuis, myrrhe, opopanax et rognons de castor » ont semé la panique dans la salle et laissé plus d’un « esbaudi ». Les fautes s’enchaînent, les regards se croisent, les neurones surchauffent ; tous nos acquis en français sont remis en question.

Daniel Picouly, ex-professeur de communication et ancien élève, l’avouera enfin : « Je n’aurais pas pu faire la dictée sans fautes d’orthographe, sans avoir étudié le texte au préalable. »

On apprend par la suite qu’un élève aurait dépassé le maître. Avec trois fautes au compteur, le grand gagnant remporte un stage de langues étrangères d’une valeur de 500€ au CLA de Besançon (Centre de Linguistique Appliquée). Trop facile ! Une expérience « saugrenue voire horrifique » pour les fâchés avec l’orthographe, mais qui mérite d’être testée sans hésitation !

Et vous, aurez-vous réussi la dictée ? Découvrez le texte modifié par Daniel Picouly à l’occasion de la dictée du festival livres dans la boucle.