Faites quelque chose de simple, de mémorisable, d’agréable à regarder, et d’amusant à lire.

-Léo Burnett

Le métier de concepteur rédacteur

Le concepteur-rédacteur établit des concepts et les mets en forme. Il travaille en binôme avec un directeur artistique. A deux ils s’occupent de produire des messages publicitaires. Le brief établit par les commerciaux et le client cadre leur travail, selon un planning stratégique.

Il a des capacités de rédaction, à l’inverse d’un journaliste il doit avoir le sens de la formule choc pour produire des slogans. Le côté concepteur lui montre qu’il est de mise de s’appuyer sur les tendances et les mouvements de sociétés.

Le concepteur rédacteur doit donner envie d’acheter le produit, le promouvoir auprès d’un public cible, etc. Tout en tenant compte de ses contraintes et de celles posées par le client.

Le concepteur-rédacteur a pour mission d’adapter son message à tout support publicitaire : print, spot, textes promotionnel sur internet… Le but d’une campagne publicitaire est de résumer toutes les demandes du client en une idée forte.

Pour plus de détails : Une petite infographie sur le métier de CR

Concepteur rédacteur : un métier de demande

Briefé par les commerciaux selon les besoins du client il reste cohérent sur le contenu de son message. Ensuite il met en place le plan de communication avec le DA.

La phase de création est le meilleur moment. Il s’agit de rapidement trouver une idée novatrice et qui sort de l’ordinaire. Le directeur de création juge les différentes ébauches créatives réalisées et choisis la bonne afin qu’une seule idée soit proposée au client.

Quand l’idée est acceptée le concepteur-rédacteur rentre dans le vif du sujet. Il réalise la maquette et le rendu final de la publicité ainsi que tout ce que ça implique (le choix de la typographie, les couleurs, …).

Les caractéristiques du concepteur rédacteur

Il s’agit aussi d’avoir une certaine intuition, de l’humour, de la curiosité et une ouverture d’esprit permanente. Il faut savoir jouer avec les mots, les termes et les sens.

Avoir une culture générale solide ainsi qu’une excellente maîtrise du langage écrit et oral. Mais des capacités d’analyse et de synthèse et une certaine psychologie de la vente s’imposent également.

Avoir les pieds sur terre est recommandé dans ce métier. Il faut savoir s’approprier les contraintes et s’en défaire. Il est de mise de rester clair et malin dans le message afin de faire gagner un produit en crédibilité. Savoir travailler sous la pression est aussi de mise.

Il y a souvent un moment professionnel critique, autour de la quarantaine. Ceux qui réussissent sur le long terme sont ceux qui parviennent toujours à trouver un nouveau souffle en restant curieux et ouverts d’esprit. Bref, qui ne se reposent pas sur leurs lauriers après deux ou trois travaux marquants.

Concepteur rédacteur peut être usant. Solliciter ses neurones en permanence pour trouver des idées géniales, ce n’est pas donné à tout le monde !

Concepteur rédacteur : polyvalence

Que ce soit en freelance ou en agence on passe du tout au tout. Du côté des freelance il s’agit plus de donner ses capacités d’écriture (d’où le mot rédaction) à des clients qui veulent une présentation bien écrite. En agence il s’agit plus de réflexion autour de concept (d’où le mot concepteur).

Le métier en freelance : le concepteur rédacteur chef d’entreprise

Le CR en freelance mène une activité, il n’est pas (a contrario du CR en agence) un rouage dans le sillon de la création d’une publicité en agence, ainsi il se concentre donc plus sur un métier de rédaction, ce qui est son fort.

Pour mener à bien et de manière durable une activité rentable, il faut également savoir gérer un projet. Le concepteur rédacteur freelance doit également suivre sa facturation, administrer en plus de chercher des clients, les satisfaire, … Il se doit alors d’offrir un service fiable, tenir ses engagements et ses délais.

Le rôle en agence : directeur artistique et le concepteur rédacteur

En effet, c’est également un métier qui, en agence peut se retrouver à être travaillé avec un duo.

Le directeur artistique s’occupe de mettre en image, en vidéo ainsi que coordonner les différents moyens à mettre en place pour une campagne. Le binôme, lui, trouve le concept.

Les concepts sont élaborés à deux, dans l’objectif d’avoir un cohérence entre le concept et l’image la plus cohérente possible. Toutefois, le concepteur rédacteur élabore les mots et le directeur artistique le visuel.

Nicolas Richard (concepteur rédacteur) et son duo

Prenons pour illustrer prenons un duo en agence : Romain Arrigoni et Nicolas Richard.

Nicolas Richard (30 ans) est titulaire d’un master de marketing à l’IAE d’Aix-en-Provence et a travaillé pour Plan Net et Service Plan avant d’intégrer Grey Paris en 2014. C’est là que le team s’est constitué.

Romain Arrigoni (26 ans), lui, après un DUT Info-com à Besançon puis Sup de pub Paris,  a rejoint Grey Paris en 2011.

Si Romain Arrigoni est directeur artistique et Nicolas Richard concepteur-rédacteur, ils se présentent toutefois comme des créatifs « qui travaillent sur un concept, une idée ».

Ils sont en duo créatif chez Famous Grey et ils se retrouvent dans le positionnement du réseau Grey. Qui fait de « la publicité qui ne ressemble pas à de la publicité et où il y a quelque chose de très axé culture populaire. On aime les idées qui s’installent dans le quotidien des consommateurs, plutôt que juste diffuser un message à écouter ou à regarder. »

Dagobear «Sweet Single Socks»

Cette campagne de mars 2016 sur laquelle ils ont travaillés, personnifiant la chaussette en tant que pauvre célibataire et encourageant les consommateurs à envoyer leurs chaussettes orphelines à Dagobear pour qu’ils les transforme en vêtements pour les envoyer à des associations de charité.

Le duo pense que : « Cette opération autour des chaussettes orphelines, lancée début 2016, regroupe la marque d’e-shopping Dagobear, qui récupère les chaussettes, et la styliste et créatrice de mode Márcia de Carvalho, qui en fait des vêtements, donnés ensuite à une association caritative. La campagne nous représente, car elle est partie d’un constat simple et universel [tout le monde a des chaussettes orphelines] à laquelle on a cherché une solution efficace.» (Stratégies, 07/06/2016)

Grégoire Grandjean