Métanumérik

Le bac à sable des outils de communication numérique

Un clavier de HP-11C fondu avec un raspberry B+ en noir et blanc avec du texte en surimpression

Catégorie : OCN 2COM2 Page 1 of 2

Directeur marketing, un métier qui en contient de nombreux

Responsabilité et anticipation sont les mots d’ordre lorsque l’on est le directeur marketing d’une entreprise. C’est une personne qui va porter de nombreuses casquettes durant sa carrière. Il a comme mission principale l’élaboration d’une stratégie marketing en réponse à un problème donné. En tant que directeur, il devra principalement décider et vérifier que la stratégie est la bonne et en adéquation avec ce qui est demandé.

Lire la suite

Contexte sociétal

On répertorie en France de moins en moins de journalistes depuis les dix dernières années. On comptait en 2016 35 928 journalistes et à titre indicatif on peut noter qu’aujourd’hui Radio France regroupe 750 journalistes. Ça ne représente donc qu’une part minoritaire du journalisme en France. Ils sont dispersés  dans les cinq rédactions du groupe : France Inter, France Info, France Culture, France Bleu et Mouv.

La culture des médias sociaux et des nouvelles relayées en continu permettent une nouvelle réalité où l’information circule à une vitesse excessive. Cela pose problème à certains médias, dominés par l’influence d’autres. Le journalisme, « utile » selon 92% des français est il menacé par cette « révolution médiatique » ?

Différents types de journalistes, différents enjeux 

Pour commencer, on retrouve les journalistes de la presse écrite, qui doivent utiliser les outils nouveaux modernes de recherche et de communication. Leur but est d’offrir aux lecteurs une profondeur maximale de l’information. Il faut assoupir leur soif d’information et leur proposer ce qu’ils ne trouvent ni à télévision, ni à la radio, ni sur internet.

Passons maintenant aux journalistes de la télévision. Ils sont parfois considérés comme inaptes à susciter le débat par le traitement de sujets dont « tout le monde parle »… Leur objectif principal est de proposer le meilleur de l’information et se différencier des autres chaînes télévisées.

Enfin, comme ses confrères, un journaliste radio doit savoir maîtriser parfaitement les rudiments du métier…

Quelle est l’activité précise d’un journaliste radio ?

Un journaliste radio réalise au quotidien des reportages, interviews ou autres émissions sur l’antenne pour informer son auditoire. 

Il se doit d’accomplir différentes tâches pour dénicher le meilleur de l’information et pouvoir la diffuser au mieux. Ainsi, il se charge des contacts téléphoniques ou/et mail pour des prises de rendez-vous,  de la veille informatique (sur les réseaux sociaux et la presse), réalise des interviews en studio ou à l‘extérieur, assister à des conférences de presse, faire des reportages, monter les sons des émissions, présenter à l’antenne, rédiger le lancement et conducteurs, contribuer au site internet de la radio et relayer les informations sur ses réseaux sociaux.

Quelles sont les qualités requises pour exercer ce métier ?

Pour avoir une chance de réussir dans le secteur de la radio, un journaliste se doit …

  • d’avoir de la culture générale : maîtriser cet ensemble de connaissances qui ont de l’importance dans une société lui permettra de communiquer avec le plus grand nombre de personnes qu’il rencontrera au cours de sa carrière. Porter de l’intérêt à ce qui se passe sur différent niveaux ; politique, régional ou encore économique n’est pas négociable. Ces notions s’acquièrent généralement dès le plus jeune âge et peuvent être approfondies grâce à de la curiosité personnelle et de l’expérience.
  • d’être de nature assez curieuse : il est essentiel pour tout journaliste d’être désireux  et d’avoir envie de voir et d’apprendre de nouvelles choses.
  • d’avoir de l’empathie pour ce qui l’entoure
  • d’être impérativement ponctuel : être à l’heure et réaliser ses tâches dans le temps imparti est primordial,  notamment pour les émissions et les directs à l’antenne. 
  • de s’avoir s’exprimer tant à l’oral qu’à l’écrit :  ce n’est pas une option ici,  un journaliste doit être en mesure de rédiger ses brèves et interviews mais également de communiquer de manière fluide avec les personnes qu’il rencontre tout au long de sa carrière. 
  • d’être polyvalent au maximum :  il est nécessaire d’avoir du répondant pour pouvoir enchaîner sur différents domaines, notamment lors de directs à l’antenne.

Quelles études poursuivre pour accéder à ce poste ? 

Après l’obtention d’un bac général de préférence, plusieurs portes peuvent s’ouvrir et différents diplômes peuvent s’obtenir. Environ 14 écoles de journalisme proposent des formations reconnues. Il est aussi envisageable de suivre des cursus universitaires et des formations privées qui donnent accès à des diplômes de type bac+3 ou bac+2.
Zoom sur les écoles, qui intéressent en général les bacheliers. Publiques ou privées, elles sont accessibles soit immédiatement après le bac ou en bac+2 ou 3, sur dossier ou sur concours. Les candidats sont assez nombreux, il est donc important de se démarquer.

Ainsi on distingue des écoles reconnues par la profession, telles que :
– 5 écoles privées : CFJ (Paris), FJT (Toulouse), ESJ (Lille), JPJ (Paris-Dauphine), Sciences Po Paris
– 7 écoles publiques et rattachées à l’université, qui délivrent donc des masters : Celsa, CUEJ, EJCAM, EJDG, EPJT, JFP, IJBA
– 2 IUT qui proposent des DUT information-communication option journalisme : Lannion & Cannes
– 1 IUT qui délivre une licence professionnelle de journalisme : Tours

Ces écoles reconnues permettent d’avoir accès à un carnet d’adresses et de contacts intéressants. C’est aussi l’opportunité d’obtenir un stage dans des entreprises très prisées. L’autre avantage est la possibilité d’utiliser du matériel d’une excellente qualité, comme des micros, caméras…

Puis on retrouve les écoles non reconnues par la profession :
– ISPA, EJD, IEJ, ESJ Paris, HEJ,
– de nombreux IEP à travers toute la France : Aix en Provence, Lyon, Bordeaux, Rennes, Toulouse…

Quel est le salaire d’un journaliste radio ?

Par mois, un journaliste spécialisé dans la radio touche entre 1700€ et 2500€ brut. Ces chiffres peuvent varier en fonction de la radio où il exerce sa profession mais il varie aussi, comme toutes les autres professions, selon le sexe.

Quelle futur pour le  journalisme en France ? 

De nouvelles formes de journalisme se créent chaque jour : le data journalisme, le cross média ou encore le journalisme citoyen. Des évolutions marquent le monde du journalisme au quotidien. On peut citer les réseaux sociaux ou les blogs qui gagnent de plus en plus de notoriété. Ils tiennent une place importante dans l’apport de flux d’informations. Le journaliste de demain ne devra pas seulement proposer du contenule faire vivre en interagissant notamment avec sa communauté. Le journalisme poursuivra également sa féminisation : on note une progression de près d’un tiers de femmes en plus en quinze années. En 2014, la répartition de journalistes au niveau du sexe était presque paritaire : on comptait approximativement 54% d’hommes et 46% de femmes.

Malgré ces légères évolutions, les bases du journalisme ne doivent pas être laissées pour acquises. Les journalistes de demain devront impérativement proposer des informations de qualités et toujours de manière aussi instantanée. Leur mission est aussi d’entretenir leur relations avec leur communauté.

 

Sketchnote 

 

Vous pouvez aussi consulter …

Journaliste, la plume en pleine évolution

Sources 

https://theconversation.com/les-journalistes-en-france-en-2018-moins-nombreux-plus-de-femmes-et-plus-precaires-93167

http://www.journalisme.sciences-po.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=760&lang=french&Itemid=1

https://www.cidj.com/metiers/journaliste-tele-ou-radio

 

Le chargé des relations presse

Le chargé des relations presse

 

Le chargé des relations publiques/ relations presse (RP) est en charge de mettre en œuvre les supports de communication d’une entreprise, tout en respectant sa stratégie, à destination des cibles médias/ presse mais aussi du grand public.
Dans cet article, j’ai fait le choix de me focaliser sur le métier de chargé de relations presse. Cette personne est 
primordiale une stratégie de communication. Cependant, aujourd’hui, ce métier rencontre des difficultés auxquels il doit faire face.

Lire la suite

Journaliste, la plume en pleine évolution

Journaliste, la plume en pleine évolution

Le monde de la presse invite à ouvrir le débat sur le métier de « journaliste ». Est-ce une carrière ? Une vocation ? Mais d’abord, qu’est-ce-qu’un journaliste ? On ne trouve pas de métier plus médiatique que celui-ci. Mais derrière cette image se cache une réalité moins glamour. En mutation voire en crise, face à l’essor de l’information digitalisée, la profession se cherche un avenir. Et les journalistes des débouchés à la hauteur de leurs ambitions.

Lire la suite

Responsable de projets culturels

Qui est le responsable de projet culturel ?

Organiser un festival, une exposition, une rencontre avec un auteur, programmer des pièces de théâtre, des spectacles de danse ou de cirque, valoriser des artistes au travers d’expositions ou encore sensibiliser des publics variés à la culture, c’est ce que le responsable de projets culturels se charge de mener à bien pour ces manifestations culturelles organisées par une association, un service municipal ou une DRAC (Direction régionale des affaires culturelles).

Ses missions

Le responsable de projet culturel est la personne qui se trouve entre le le public et les artistes. Son travail consiste à organiser, valoriser, faire connaître les actions culturelles d’un organisme tel qu’une association, un musée, une scène de spectacle. Il peut donc livrer ses services dans des secteurs culturels très polyvalents (arts plastiques, cirque, culture urbaine, concerts, festivals, etc.), et qui dit champs d’actions différents dit publics différents et spécifique. Les missions qu’il doit accomplir en général sont multiples :

  • Organiser et mettre en oeuvre des événements culturels
  • Faire la promotion de structures culturelles et aussi des actions menée par cette dernière, il doit posséder une certaine connaissance des techniques de communication
  • Faire des déplacements fréquents pour rencontrer des artistes, visiter des lieux culturels, des associations…                                                                                
  • Avoir une bonne gestion du budget des événements
  • Rechercher des financements nécessaire pour mener les projet
  • Détenir un carnet de contacts avec les personnalités du milieu artistes de l’organisme dans lequel il travaille
  • Mettre en place des partenariats

Les qualités requises

Le responsable de projets culturels est un passionné du monde de l’art, il aime ce milieu et envie de la partager aux autres.  Son champs d’action étant vaste, il doit se forger un solide culture générale. Il doit être quelqu’un d’organisé, cette qualité est primordiale pour ce métier. Ce doit être une personne extravertie, le sens du contact est un aspect indéniablement nécessaire au responsable de projet culturel, agissant en tant qu’intermédiaire entre le public et l’organisme, en tant que médiateur des partenariats et organisateur. Il lui faut souvent prendre la parole en public. Il lui est aussi nécessaire de supporter un stress souvent présent, lié à l’organisation d’un événement important ou aux horaires décalée.

Les plus

  • Possibilité de rencontrer un grand nombre d’artistes
  • Participer au développement de la culture
  • Développement d’évènements très importants
Les moins
  • Obligation de rechercher des financements pour chaque projet
  • Organisation des évènements demandant une grande implication
  • Horaires de travail irrégulières

Salaire débutant moyen :

1498 € brut/ mois

Les formations et les diplômes

Après le bac

3 ans pour obtenir une licence, une licence professionnelle oet 5 ans un master en médiation culturelle, conception et mise en œuvre de projets culturels ou en histoire de l’art.

Bac+2

  • DUT information et communication

Bac + 3

  • Licence histoire de l’art et archéologie
  • Licence pro communication et valorisation de la création artistique
  • Licence pro gestion de projets et structures artistiques et culturels

Bac + 4

  • Responsable de promotion de biens et d’événements culturels

Bac + 5

  • Master culture et communication
  • Master direction de projets ou établissements culturels
  • 3ème cycle administration de projets culturels

 

Après obtention de son BAC, l’étudiant peut choisir de réaliser un formation technologique en 2 ans, soit un DUT en information et communication, ensuite, il peut rebondir sur une licence professionnelle gestion de projets et structures artistiques et culturels ou une licence professionnelle en communication et valorisation de la création artistique. Autrement, il peut faire une licence générale en information et communication ou histoire de l’art, en faculté de lettres et sciences humaines. Par la suite, l’étudiant peut continuer par un Master en Culture et Communication, ou un Master direction de projets ou établissements culturels. Il est aussi possible de faire un 3ème cycle en administration de projets culturels. Après son bac +3, l’étudiant peut aussi se rabattre sur une formation de responsable de promotion de biens et d’événements culturels. La formation permettant aux étudiants de se spécialiser propose des matières bien spécifiques à la communication publique et culturels. Elle propose aussi des cours de culture générale afin d’avoir une bonne connaissance de la culture.

Principaux employeurs

Les structures qui peuvent faire appel à un chef de projets culturel sont les mairie, le département et les organisations publiques en générales, mais aussi des employeur du secteur privé et enfin les associations. Tous recherchent un professionnel pour mener à bien leur différents projets.

 

Interview de Laure-Marie Rollin – Chef de projet culturel au Théâtre du Maillon, à Strasbourg
(Propos recueillis par téléphone)
Quelle est votre définition de l’action culturelle ?

“C’est l’interface entre les artistes et le public. »

Quelles sont les différentes tâches et missions que vous devez effectuer de manière générale dans cette fonction et quelles sont les missions plus spécifiques à votre structure (objectifs, actions spécifiques)?

Elles sont multiples :

  • Mettre en place des actions autour des artistes.
  • Etre l’interlocuteur privilégié des groupes.
  • Rédiger des dossiers d’information.
  • Effectuer des réservations des groupes
  • Soutenir certains spectacles en faisant de la prospection.”
Quelles études avez-vous effectuées?

“J’ai poursuivi un DESS (Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées) de gestion culturelle Master d’expertise et de médiation culturelle.”

Quelles ont été vos expériences professionnelles avant d’arriver à ce poste?

“J’ai tout d’abord été responsables des relations publiques au ballet de Lorraine. Puis ensuite chargée des relations publiques et responsable de l’action culturelle au Théâtre de la Criée à Marseille”

Quelles compétences sont demandées par les recruteurs pour pouvoir occuper votre fonction?

“Tout dépend de la structure et du recruteur. Les compétences seront différentes. Mais de manière générale, il faut des compétences en matière de création, de diffusion et avoir une certaine relation à la culture.”

Comment se compose votre service (nombre de personnes, postes)?

“Le service est organisé en fonction d’une typologie des publics (entreprises, élèves, étudiants) et nos missions sont donc transversales. En plus du poste de responsable des relations 9 publiques, il y a deux attachées aux relations publiques, l’une pour les collèges, lycées et écoles supérieures, l’autre pour les comités d’entreprise, les associations et les centres socio- culturels. En dehors de ce service, nous avons une  presse et relations avec l’Allemagne, et une responsable de la communication.

L’organisation des relations publiques dépend beaucoup de la taille de la structure. Parfois elles seront associées à l’action culturelle et parfois elles seront à part.”

Quelles sont les difficultés et/ ou avantages propres à la fonction et au secteur ?

“C’est un travail très enrichissant, avec des projets humains. Il faut être très disponible. Parfois le projet artistique ne peut pas s’accorder avec de l’action culturelle.”

Quels conseils pouvez-vous donner à une personne qui souhaite travailler à un poste similaire?

“Il faut un réel intérêt pour la chose, tout simplement! »

PIKTOCHART INFOGRAPHIE : 

https://create.piktochart.com/output/34268707-nilufer-kanar-infographie

 

Rédactrice : Nilufer KANAR

 

 

 

Sites internet utilisés :

https://www.regionsjob.com/observatoire-metiers/fiche/chef-de-projet-culturel

http://etudiant.aujourdhui.fr/etudiant/metiers/fiche-metier/responsable-de-projets-culturels.html

http://www.onisep.fr/Ressources/Univers-Metier/Metiers/responsable-de-projets-culturels

http://blog.tbs-education.fr/tbs-culture/wp-content/uploads/2013/10/Fiche-metier-Charge-action-cultuelle.pdf

https://www.orientation.com/metiers/

 

Métier de communicant : Chargé de communication

Aujourd’hui, le métier de communicant s’illustre dans presque toutes les formes de métiers. Véritable pilier dans le développement d’une entreprise, d’une marque, il est essentiel pour créer l’engouement et attirer des cibles de communiquer correctement. Nous allons donc nous concentrer sur le métier de chargé de communication, qui regroupe plusieurs compétences dans différents domaines, comme la stratégie, le marketing, ou encore le graphisme.  

Lire la suite

Chargé de communication, un métier hors du comm’un

Le chargé de communication, un métier hors du comm’un 

 

Dans un monde ou les métiers ne cesse d’évoluer, nous partons à la rencontre d’un métier hors du commun, celui du chargé de communication. Un métier créatif, évolutif mais surtout polyvalent. Au coeur de la communication et des nouvelles technologies, le chargé de communication est essentiel.

Lire la suite

Scénographe d’exposition

SCÉNOGRAPHE D’EXPOSITION

Dans le domaine théâtral et cinématographique, le scénographe assiste le réalisateur, il va réaliser la mise en espace en imaginant les décors. Dans une exposition, le scénographe va essayer de transmettre un message en passant par l’atmosphère de l’espace qui immerge le spectateur dans l’univers voulu. Il va concevoir la mise en scène pour des expositions temporaires dans des galeries d’art comme pour des expositions permanentes dans les musées.

Le scénographe d’exposition est bien plus proche de la communication que le scénographe de spectacles. Dans une exposition, il doit concevoir un parcours d’exposition en respectant les contraintes techniques et esthétiques du lieu. Il est responsable de l’ambiance, de l’atmosphère donc du lien avec le visiteur.

Les étapes de mise en place d’une exposition pour un scénographe

Avant d’être engagé pour réaliser la scénographie d’une exposition, le scénographe doit remporter un contrat. Il est sélectionné suite à un appel d’offre lancé par un musée (principalement) auquel il aura répondu. Le devis déterminant les matériaux utilisés pour l’accrochage, les éventuelles cloisons, le matériel d’éclairage et d’audiovisuel qu’il aura proposé sera étudié par le musée qui le sélectionnera ou non. Le scénographe est constamment en concurrence et doit tout mettre en œuvre pour se démarquer.

Phase de conception

Le scénographe doit comprendre et s’adapter à la demande du commissaire. Il doit concevoir un parcours d’exposition en respectant les contraintes techniques et esthétiques du lieu. C’est le responsable de l’ambiance et de l’atmosphère transmis. Il est donc garant du lien avec le visiteur.

C’est grâce à l’éclairage, le graphisme ou bien même des éléments sonores qu’il va imaginer des décors qui permettront de donner un sens à l’exposition. C’est un travail de pure organisation puisqu’à partir d’un calendrier et d’un budget, il va réaliser toutes les tâches nécessaires à la fabrication de l’exposition. Cette dernière possède un modèle spécifique, on la définit selon différents critères.

Critères de modèle d'exposition :

La temporalité de l’exposition qui permet de connaître selon sa durée les contraintes de mise en scène. S’il s’agit d’une exposition temporaire (3 mois en général) dans ce cas, la contrainte principale est la conservation des œuvres. La conservation sera d’autant plus importante si l’exposition est permanente. Mais si elle est itinérante, la principale contrainte sera le montage et le démontage. Il faudra également penser à la nécessité d'une facile adaptation du décor au lieu qui change régulièrement.

L’espace du lieu de l’exposition permettra de connaître les contraintes techniques. Si le lieu est destiné à accueillir des expositions, il y aura peu de contraintes techniques puisque le matériel électronique et sonore sont déjà prévus. S’il s’agit d’une exposition dans un bâtiment classé, il faudra donc soit s’adapter à l’ambiance du lieu, ou essayer de l’effacer. Si le lieu est en extérieur il faudra prendre en compte les risques d’intempéries ou de vandalisme et ainsi prévoir les structures adéquates.

Le critère du contenu permet de créer du lien entre les œuvres et la mise en scène. L’exposition « d’accrochage » présente les œuvres en harmonisant les couleurs et les thèmes pour structurer la visite tandis que l’exposition « à message » va transmettre le message de l’exposition via des médias tel que la photo et l’audiovisuel qui permettent d’éclaircir le message.

Pendant la conception de l’exposition, le scénographe sera en relation constante avec d’autres prestataires tels que l’éclairagiste ou le graphiste. Par leur métier, ils seront en contact pour œuvrer à la bonne exécution de l’exposition. Il est le chef d’équipe qui va coordonner l’ensemble des opérations.

La conception est plus ou moins longue selon la complexité de la demande, et nécessite ainsi plus ou moins de travail. Dans tous les cas on laisse peu de place à l’improvisation : tout doit être préparé en détail avant le montage. La conception nécessite donc une préparation en plusieurs étapes. Tout d’abord, on commence par prendre en compte le cahier des charges et par se familiariser avec le projet. Ensuite, on doit réaliser puis présenter des planches qui vont donner les grandes lignes de la scénographie au commanditaire.  Le travail est ensuite formalisé par les études d’avant-projet qui vont ensuite valider et mettre en route le projet final.

Phase d’exécution

         Il doit commencer par réaliser un calendrier prévisionnel qui nous donne précisément l’ordre des tâches. Puis il doit indiquer les périodes de préparation et de fabrication. Dans cette phase, le scénographe sert à coordonner tous les membres du projet. Il est régulièrement ajusté et n’est donc pas inflexible.

Le budget est un élément important à prendre en compte en phase d’exécution. En effet il est défini à l’avance par le commanditaire qui va en général préconiser astuces et recyclage. Si l’on s’aperçoit que le budget va être dépassé, il est alors possible de le réajuster ou de repenser le projet.

Suivi de réalisation

         Tout au long de l’exécution du projet, plusieurs réunions sont effectuées pour coordonner les différents membres. Le scénographe corrige alors ce qui ne lui semble pas être en accord avec le projet d’origine. Il organise, vérifie et contrôle la bonne exécution des ouvrages. Il s’assure également de la prise en compte du calendrier et du budget.  Lorsque l’ouvrage est terminé, il se rend compte du résultat et le compare à la demande en informant les entreprises prestataires

Le scénographe peut être sollicité pour d’autres tâches complémentaires telle que la communication avec d’éventuelles maquettes. Lors de l’accrochage, il peut être amené à coordonner celui-ci en sélectionnant les matériaux notamment.

De plus, lors de l’ouverture de l’exposition au public, il est chargé de l’adaptation de la mise en scène selon la réaction et le comportement du public. Puis à la clôture de l’exposition il peut être convié au démontage.

Compétences et études

Le scénographe possède un sens de l’organisation, un esprit d’équipe, il est le chef d’orchestre d’une équipe pluridisciplinaire. Il est nécessaire pour un scénographe d’avoir des connaissances technique et artistiques dans l’histoire de l’art, l’architecture, la culture générale. Ces notions, il devra les utiliser tout au long de son travail et elles lui permettront d’accompagner sa créativité.

Les études à suivre pour devenir scénographe ne sont pas déterminées, il n’y a pas de formations prédéfinies. Il existe seulement quelques modules et spécialités proposés par des écoles d’art appliqué, d’architecture et de design mais cela à un niveau d’étude élevé (niveau bac +4).

Si vous voulez en apprendre plus allez lire cette article : Scénographe d’exposition

Pour voir le piktochart cliquez ici

Charge(é) de projet événementiel

Vous aimerez devenir chargé(e) de projet événementiel? Vous aimez faire preuve de créativité et de dynamisme et vous ne savez pas vers quelles formations vous orientez? Aujourd’hui on vous dit tout et on vous a préparé un article spécial sur le métier de chargé(e) de projet événementiel! Les missions, formations, salaires, débouchés qualités et compétences pour exercer un tel métier  ne seront plus sources d’interrogations… Prenez quelques minutes et apprenez comment devenir un professionnel de l’événementiel!

Lire la suite

Social Media Manager, un métier dans l’ère du numérique

Dans un monde où le digital est de plus en plus présent, de nouveaux métiers voient le jour. Depuis quelques années, le social media manager est un métier en plein essor qui est souvent confondu avec celui du community manager. Entre e-reputation, stratégie et veille, les missions de ce métier sont diverses et requièrent de nombreuses compétences. 

Lire la suite

Page 1 of 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén