Métanumérik

Le bac à sable des outils de communication numérique

Un clavier de HP-11C fondu avec un raspberry B+ en noir et blanc avec du texte en surimpression

Pas de Festival sans Partenaires

Parmi eux, Agnès Mercier, la souriante bénévole quinquagénaire au sein de l’organisation Lire et faire lire, évoque son envie de « faire découvrir aux enfants la lecture comme un plaisir et non comme une contrainte ». En se tenant présente sur les lieux du festival, elle rencontre un public concerné par cette cause, et espère trouver de nouveaux bénévoles qui accepteraient de se déplacer dans les écoles et les crèches pour proposer des lectures adaptées aux enfants en bas âge.

Le média régional Commune.info, accessible sur Internet, a également des objectifs. Les représentants souhaitent rencontrer leurs lecteurs « par un contact direct », pas seulement à travers les réseaux sociaux, et mesurer leur « notoriété dans la région » : mission réussie ! C’est avec enthousiasme que les représentants partagent leur plaisir de découvrir une ambiance chaleureuse et détendue parmi les visiteurs et les auteurs.

Les partenaires sont donc présents malgré des finalités différentes, pour une passion commune : transmettre un message positif et collectif grâce aux rencontres.

 

Un café autour du réel

À 11h ce matin, au café littéraire, la salle était bondée. Trois auteurs victime de leur succès ont réussi à rassembler un public d’une dizaines d’années, d’adultes, de journalistes de personnes âgées.

Durant un peu plus de 40 minutes, ils ont su captiver leur auditoire. En partageant leur passion de l’écriture et en évoquant leurs souvenirs de jeunesse.

L’échange a débuté avec le bisontin Guy Boley. L’auteur du roman “Quand dieux boxait en amateur” . Il insiste sur le faite qu’il ne faut pas chercher sa “vérité” à travers ses lignes. Il rend tout de même paradoxalement hommage à son père, à son passé.

Par la suite Adlène Meddi partageait cette même idée dans son roman 1994. Dans lequel il nous raconte l’horreur de la guerre qu’il a vécu étant plus jeune. Il nous raconte également comment il a réussi à passer au-dessus. Alors que ce passé imprègne encore si intensément son présent.

Guillaume Sire a pris la parole pour finir ce café littéraire, pour parler de son livre Réelle, des années 90. Une période où d’après lui « le monde a changé », suite aux tensions historiques de la guerre froide. Il a donc voulu au cours de son livre nous raconter ces années. Où la vie a repris doucement, de son point de vue d’adolescent, captivé par l’arrivée des nouvelles émissions de télé-réalité.

Fasciné par ces trois auteurs, le public leur a offert un pluie d’applaudissements et de remerciements.

Retrouver l’interview de Guillaume Sire sur l’article :

http://metanumerik.fr/quand-on-ecrit-on-peut-tout-rendre-beau/

« Quand on écrit, on peut tout rendre beau »

Portrait de Guillaume Sire lors du Festival "Livre dans la Boucle"

« Quand on écrit, on peut tout rendre beau »

C’est entre deux dédicaces que Guillaume Sire, auteur du roman Réelle aux éditions de l’Observatoire, a donné de son temps pour une interview.

Lire la suite

A l’occasion de « Livre dans la Boucle 2018 » sous la chaleur du chapiteau, place de la Révolution, trois écrivains féministes répondent à Elise Lépine.  Le public Bisontin, lui, écoute les “pourquoi” et les “comment” des livres présentés. 

Lire la suite

Michèle Fitoussi ou l’engagement dans l’écriture.

A l’occasion de la sortie de son nouveau livre “Janet ”, Michèle Fitoussi a accepté de répondre à nos questions.

Y a-t-il des similitudes entre journaliste et romancière ?

C’est le dedans et le dehors. Journaliste, on va dehors, on découvre le monde, on le décrit  en se basant sur des faits réels. L’écrivain raconte son monde, le temps de l’intériorité, un temps très long. La passerelle est le journalisme littéraire, un temps du journaliste où l’on va chercher l’info mais aussi le raconter à la façon de l’écrivain, avec un style, sa vision. On n’est plus dans l’objectivité mais dans la subjectivité.

Que représente le féminisme pour vous ?

Je me suis interrogée sur Janet Flaner, car elle était aussi féministe. Elle racontait les femmes. Que ce soit des journalistes, des écrivaines, des artistes, j’ai appris beaucoup de choses sur le Paris de cette époque. De 1920 à 1930, quand les femmes avaient autant d’importance que les hommes, une époque méconnue. J’écris souvent des biographies de femmes car ce sont les oubliées de l’histoire. Comme Janet Flaner qui a obtenu le “national book award” et qui a complètement été oubliée. Peut-être parce qu’elle n’a écrit qu’un seul livre ?

Vous écrivez beaucoup de biographies, pourquoi ?

Cela a été très naturel. Le récit La nuit de Bombay a été écrit par hasard. J’étais en Inde pour voir Loumia Hiridjee, une amie. Je l’ai eue au téléphone et j’ai appris le lendemain qu’elle avait été assassinée par des terroristes. Je voulais témoigner mon époque et raconter les attentats. Écrire une biographie sur Helena Rubinstein, ça a été un pur hasard tout comme pour Janet. Pour Janet, j’ai passé trois ans dessus. Je suis allée à Washington dans les archives pendant dix jours ainsi qu’au New-Yorker. Chaque étape de ma recherche documentaire a été très précise. Mais, mon prochain livre ne sera sûrement pas une biographie.

S’informer sur Livres dans la Boucle

Vous pouvez retrouvez toutes les informations nécessaires au sujet du festival Livre dans la Boucle sur leur site officiel ci-dessous !

http://www.livresdanslaboucle.fr/

Vous pouvez lire aussi une interview d’un auteur célèbre présent au Festival ci-dessous :

http://metanumerik.fr/auteur-la-toile-du-monde/

 

 

 

 

Café littéraire d'Antonin Varenne

La toile du monde : « Liberté » Place de la Révolution

Découverte de La toile du monde, le nouveau roman écrit par Antonin Varenne et présenté au festival littéraire Livres dans la boucle 2018 de Besançon (25).

Lire la suite

L’édition régionale : entre contraintes et libertés

14h30, dimanche 15 septembre. Les passants affluent vers le chapiteau en ce dernier week-end estival. « Livres dans la boucle » est devenu une véritable vitrine pour l’édition régionale. Devant les stands, les aficionados s’agglutinent avec véhémence pour rencontrer leurs auteurs favoris et acquérir leurs nouvelles créations. Parmi ces stands, « A la Page », enseigne régionale et universitaire, se dresse rapidement devant l’entrée.

 

Lire la suite

Le portrait chinois d’Agnès Riva

Si vous étiez une boisson ?

La bière, j’adore ça.

Une heure dans la journée ?

J’aime le matin car tout est possible.

Une épice ?

La cardamome, c’est quelque chose de doux et d’assez parfumé quand même.

Lire la suite

Antonin Varenne en dédicace

Antonin Varenne, portrait d’un auteur voyageur

Antonin Varenne est un aventurier mais également un auteur chevronné. Entre deux voyages, il écrit des romans. Rencontre.

Lire la suite

Le Forum au salon

Le Forum au salon

La librairie Forum fait partie du paysage bisontin depuis de nombreuses années. Le salon « Livres dans la boucle » est un rendez-vous majeur préparé des mois à l’avance.

Lire la suite

Page 1 of 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén