Il est 17h41, le soleil s’écrase sur la foule qui s’agglutine devant la Cité des Arts. L’ombre de l’auditoire se mêle à l’architecture moderne du Fonds Régional d’Art Contemporain. Le public attend pour assister à la lecture du dernier roman de Christine Angot, Un tournant de la vie (Flammarion). À l’entrée de l’auditorium, un agent incite le public à descendre le maximum possible, pour être au plus près de l’auteur. Chaque personne patiente comme elle peut. Certaines attendent, sans un bruit, d’autres lisent le livre qu’ils viennent d’acheter sur le salon. Une atmosphère spéciale règne dans l’auditorium. La lumière est chaude et tamisée. Elle est centrée sur le bureau et la chaise qui figurent au milieu de la scène.

Lire la suite